..
 Les tests
L'intelligence créative
Des idées de solutions
Des idées d'innovations
Des idées de stratégies
Le livre
Le Petit Journal
PLAN
LES TROIS INDEXES
Contacts
Formation et motivation

  Le Petit Journal
de L'Encyclopédie de la Stratégie, de la Créativité et de l'Innovation

 
N° 8, du 1er avril au 31 juin 2005
« An idea is salvation by imagination » Frank Lloyd Wright
Capital de juillet : 50 inventions qui vont changer notre vie
Dans le numéro de juillet de Capital, un dossier sur les 50 inventions qui vont changer notre vie dans les domaines des transports, de l'espace, de la santé, de l'habitat, de l'électronique, de l'alimentation et de la défense. Difficile de faire la différence entre « invention » et « innovation », surtout, par exemple, dans l'alimentaire ! Les voici (certaines font partie de notre test « Avez-vous l'esprit d'innovation ? ») :
 

Transports :
La voiture à hydrogène ;
Un TGV, le V350, qui roulera à 350 km/h ;
Une gestion informatisée des mouvements des avions commerciaux (robots aiguilleurs du ciel) ;
Des taxis automatiques : les Cybercars ;
Un tour du monde en bateau-ville : Freedom-Ship ;
Un avion qui vole grâce à l'air inspiré : le « Fan Wing » ;
La voiture électrique.
Espace
Un cable géant pour rejoindre les stations orbitables ;
Un laser pour nettoyer l'espace ;
Une centrale solaire en orbite ;
Un hôtel au milieu des étoiles en 2010 (Robert Bigelow de Budget Suites).

 

Santé
Une pharmacie dans le corps ;
La greffe du visage ;
Le vaccin antitabac ;
L'hypervision ;
La chirurgie à distance ;
Le robot anticancer ;
La pilule pour homme ;
Le clonage thérapeutique.
Habitat
Des toits végétaux ;
Du béton qui laisse passer la lumière ;
Des panneaux superisolants sous vide ultraminces ;
Une commande centralisée pour tout régler dans votre appartement, le One de Legrand ;
Des radiateurs transparents, les Thermovit Elegance de Saint-Gobain ;
Des parking à tous les étages (style tour Smart).
Electronique
Un robot domestique pour 1500 euros ;
Des claviers virtuels pour téléphones mobiles ;
La drague automatique par téléphone mobile (avec des Mososos, Mobile Social Software) ;
Des photos nettes du premier plan à l'infini ;
La visio-conférence en 3D ;
Un chargeur de batteries universel (Slashpower) pour mobile, MP3, PDA et caméra numérique ;
Le livre électronique ;
L'écran souple enroulable (Polymer Vision) ;
Le téléphone carte de crédit.

Alimentaire
Un chocolat bon pour le cœur et la prévention du cancer (Acticoa de Barry Callebaut) ;
Un chou-fleur sans odeur (Bretagne Biotechnologie Végétale) ;
Des eaux vitaminées (Kirin, Danone) ;
Le pack de café autochauffant (Epoca) ;
Un antibactéries en bombe à pulveriser (Biocéane) ;
Une mayonnaise de légumes 100% végétale (Bonduelle) ;
Des fruits en sticks épluchés sous vide (Finger Fruits de La Compagnie Fruitière, dès cet été chez Quick) ;
Une confiture antirides (Noreva).
Défense
Le véhicule blindé invisible grace à une peinture intelligente ;
La décharge micro-ondes de forte puissance (HPM) ;
La pilule qui donne bonne conscience (GRP) ;
Le champ de mines antichar automotrices ;
Le microdrone, une camera volante qui voit aussi la nuit (AirRobot) ;

Un casque, minirégie télé blindé (Sagem) ;
Une tenue de combat antifeu, câblée et … climatisée ; ;
Un fusil à caméra vidéo pour mieux tirer dans les coins ;
Un exosquelette qui permet de courir sans fatigue avec 90 kilos sur le dos ;
Le commandement d'une companie ou d'une section à l'aide de PDA portés par chacun sur l'avant-bras ;



Résilience et leadership. Au CRC, le 7 juin 2005, en soirée
Dans le cadre des conférences de l'Université du management de HEC Executive Education, Jean-Louis Swiners
La résilience est la capacité psychologique à surmonter l’adversité, à rebondir et à en sortir chaque fois non seulement plus solide, mais meilleur qu’avant.
C’est un concept emprunté au calcul de la résistance des matériaux (capacité à résister à des chocs répétés) et aux sous-marins (capacité de la coque à résister aux grenadages et aux alternances de pressions et de dépressions). En psychologie (Boris Cyrulnik), il reprend et approfondit celui de la résistance à la frustration..
C’est une des qualités essentielles d’un manager et d’un innovateur, tant au plan individuel qu’organisationnel.
Au travers d’un test collectif : « Comment faites-vous face aux agressions et aux obstacles ? » (situations stressantes projetées sur grand écran et auxquelles il vous faut réagir) et d’exemples de résilience empruntés au monde de l’entreprise (le Palm Pilot, le Post-It, l’aspirateur sans sac de Dyson, etc.) et au plus résilient des grands leaders du XXe siècle, Winston Churchill, Jean-Louis Swiners traitera du mécanisme clé de la résilience : la créativité opérationnelle, comprise comme forme de résolution collective novatrice des difficultés quotidiennes et des challenges stratégiques.
Le sous-chapitre : « Pugnacité et résilience créative » (p. 180-183) de : Au-delà du brainstorming pour innover en équipe, Maxima, 2004, est une bonne introduction à cette conférence.
Inscription gratuite : Françoise Perret au CRC. Tél. 01 39 56 76 93

Créa Université, les 7 et 8 juillet 2005
Les 7 et 8 juillet 2005, l'Université René Descartes et l'association Créa-France organisent à Paris la première CRÉA UNIVERSITE. Son thème : « La créativité, ça se développe ! ».
La créativité y sera abordée sous autravers d'une approche transversale : les arts, le management, la publicité, la prospective, les techniques de créativité, l'éducation et l'apprentissage de la créativité, etc.
Les conférences et les ateliers seront animés par des spécialistes en matière de créativité et d'innovation.
Parmi eux :

 
- Christophe Mouchiroud, Maître de conférence à l'Université René Descartes
- Denis Quénard, Directeur de l'agence TBWA
- Frank Zenasni, Chercheur à l'Institut Gustave Roussy
- Hughes de Jouvenel, Directeur Général de Futuribles
- Rémi Saint Péron, Consultant
- Antoine Héron, Président d'Innov'acteurs
- Mark Raison, Accélérateur d'idées à Yellow Ideas
- René Bernèche, Professeur à l'Université de Montréal
- Lionel Roure, Maître de conférence aux Arts et Métiers
- Todd Lubart, Professeur à l'Université René Descartes
- Françoise Gall, Chargé de travaux partiques à l'Ecole du Louvre
- Ernest Gutmann, Spécialiste en propriété industrielle
- Luc De Brabandere, Vice-président du Boston Consulting Group
- Danièle Guillot, Consultante
- Olwen Wolfe, Directrice de Worlding
- Isabelle Jacob, Consultante à Iris Consultants
- Ghislain Grévy, Président de Triz France
Renseignements et inscriptions : www.crea-université.com

HSBC et le tangram
La HSBC (un sigle qui signifiait à l'origine Hongkong Shanghaï Bank of China, mais la banque est britannique et installée à Londres) décline à l'heure actuelle une campagne de publicité utilisant le tangram pour illustrer chacune des significations possibles des lettres de son sigle.
 
Ici, Home sweet home (ceci en trichant un peu, il y a neuf pièces au lieu de sept) pour le H de HSBC.
 
Ce n'est pas la première fois qu'une entreprise utilise ce puzzle chinois pour illustrer sa flexibilité. Sobel a, à un moment donné, eu la page d'ouverture de son site présentant un tangram animé et Dynegy l'utilise en liaison codifiée avec son logo.
Le tangram est un merveilleux test de créativité. Exercez-vous. Quelles figures auriez-vous proposées à la HSBC pour sa campagne ? Voici quelques-unes des solutions possibles.

L'innovation est-elle rentable ?
Dans Le Monde du 26 avril, sous la plume d'Antoine Reverchon, le compte-rendu d'une étude menée par Jean-Julien Baronnet, CAA Conseil, Paris, tél. 01 40 15 01 01.
Innover n'est pas toujours rentable... et peut même faire perdre de l'argent.
C'est ce qui ressort d'une étude menée par le cabinet de conseil CAA auprès des directions générales et de R & D de 32 groupes, depuis Air France jusqu'à Whirlpool en passant par France Télécom, Danone, Nestlé, Rhodia, Saint-Gobain, etc. D'après les calculs de ces entreprises, la marge obtenue sur un produit nouveau varie dans une fourchette moyenne de – 10 % à + 10 % par rapport à la marge réalisée sur le produit remplacé.
Dans la majorité des cas, cette variation est proche de zéro ; elle est franchement négative dans beaucoup d'autres, et n'est largement positive que très rarement. En fait, dans la plupart des entreprises, l'organisation de l'innovation rend difficile, voire impossible, la mesure de la création — ou la destruction — de valeur qu'elle génère.
On peut distinguer quatre modes d’organisation du processus d’innovation.
Le modèle technologique
Le mode d'organisation le plus répandu, dit modèle « technologique », donne l'initiative aux chercheurs qui soumettent successivement leur projet aux industriels puis au marketing. Dans ce processus, l'analyse de la valeur d'usage du produit et la fixation de son prix n'interviennent qu'en fin de parcours. La marge produit dégagée dans ce contexte varie de – 15 % à + 5 %.
Le cas de la vente par Internet est caractéristique : le gain provient de la baisse des coûts de production et non du bénéfice commercial, les internautes refusant de payer le coût réel du service.
Le modèle marketing
Dans le deuxième modèle, dit « marketing » les projets ne sont lancés que s'ils correspondent à une demande du marché. Le marketing pioche dans les idées présentées par les chercheurs ou leur demande des innovations. L'amélioration de la marge figure parmi les objectifs, ce qui contraint les porteurs du projet à maîtriser les coûts. Pourtant, l'étude de CAA indique que la marge produit varie, suivant ce modèle, de – 5 % à + 15 %.
L'effet économique négatif provient généralement d'erreurs d'analyse marketing, relativement fréquentes. De plus, ce modèle, très présent en grande consommation, finit par encombrer les rayons des hypermarchés de fausses innovations, rejetées comme telles par les consommatrices.
Le modèle foisonnant
Dans le troisième modèle, dit « foisonnant », l'innovation devient affaire d'opportunité. Les projets sont lancés pour résoudre le problème de tel ou tel acteur de l'entreprise. La marge obtenue varie de – 10 % à + 10 %, en l'absence, bien souvent, de tout calcul économique ou de pricing.
Typiquement, un grand opérateur des transports lance un site de réservation hautement performant, qui permet au client d'obtenir le meilleur prix. Résultat : une baisse de 30 % du chiffre d'affaires commercial, le prix étant fixé par le client !
Le modèle intégré
Enfin, le modèle « intégré » associe, dès le départ, toutes les fonctions de l'entreprise. Seuls sont lancés les projets qui obtiennent l'aval de tous, invités dès lors à travailler ensemble. Dans ces conditions, le calcul économique est présent tout au long du processus, et les marges obtenues, de + 5 % à + 20 %, sont satisfaisantes.
Et pourtant, seulement deux entreprises de l'échantillon observé par CAA l'ont adopté.
Il est vrai que ce modèle présente des inconvénients. Il est délicat pour une direction générale de gérer et d'arbitrer entre la multiplicité des projets, dont la capacité à s'autolégitimer est renforcée par la coalition des fonctions.
Cette étude et cet article pose un problème qui n'est pas sans rappeler celui, éternel, de l'efficacité de la publicité : en faire coûte de l'argent, ne pas en faire coûte des parts-de-marché. Dans le cas de l'innovation cela s'appelle « le dilemme de l'innovateur » (The Innovator's Dilemma) analysé par Clayton Christensen : la plupart des innovations échouent mais les entreprises qui n'en font pas disparaissent.

De l'innovation de combat à l'innovation créative : les dix plans de l'innovation totale
Au 4e Forum des Stratégies Gagnantes, le jeudi 16 juin 2005 à Paris
Organisé par Stratégies, le 4e Forum des Stratégies Gagnantes se tiendra à Paris du 13 au 16 juin 2005.
Les grands thèmes abordés seront :
 
• Le 13 juin : Les consommateurs en question
• Les 14 et 15 Juin : Futures tendances, nouvelles cibles et niches de développement
• Le 16 juin : Deux leviers à la loupe : Innovation et point de vente
Le matin du jeudi 16 sera consacré à la mise en place d'une véritable management de l'innovation au service du client. Dans ce cadre, Jean-Louis Swiners y traitera de l'innovation totale —  de l'innovation de combat à l'innovation créative — et de ses dix plans :
 

• Le plan des valeurs de l'entreprise.
• Le plan de la vision stratégique.
• Le plan des alliances, des partenariats et des rapprochements.
• Le plan des ressources humaines et des modèles de leadership créatif des équipes.
• Le plan de l'organisation stratégique.
• Le plan des business-models de chaque entité stratégique.
• Le plan de la resegmentatiion des marchés.
• Le plan de la cible.
• Le plan marketing et celui des éléments du mix.
• Le plan du contact-client et des éléments de la valeur perçue.

Renseignements : www.comundi.fr et Olivier Lutz : olutz@reedbusiness.fr

Spac

Quinze idées pour avoir des idées Plan du site Les trois indexes

©2004, 2005 Jean–Louis Swiners et Jean-Michel Briet
31/06/05